Skip to main content Help Control Panel

Bénés In Marciac

{ Diffuseur de bénévoles ! }

Bénés à Bord «  

Eden Holan : bénévole et chanteuse

Notre interview made in BeneJim ! Souvenez-vous, il y a quelques semaines on apprenait sans bouder notre plaisir que Eden avait composé un morceau sur son expérience marciacaise... Trois jours après, l'embassade de france en Israël le remarque aussi et la met à l'honneur sur son site !

Alors là, on ne peut plus s'en détourner, on se devait d'en apprendre plus sur cette artiste, surtout que son histoire est savoureuse : Eden est né à Paris et a grandi à Tel-Aviv. 24 ans plus tard en 2008, déjà chanteuse confirmée et imprégnée de festivités culturelles, elle débarque à Marciac, grâce à la fameuse opération Jazz Au Coeur "du Monde" qu'on a souvent évoquée dans ces pages...
Eden fait alors partie de "la promo" 2008 que notre gazette bénévole s'est fait un plaisir d'accueillir dans sa rédac' et dans ses pages. Le 10 août, ils nous quittent tous... une petite mort pour certains d'entre nous. Mais on en a quelques uns parmi nos membres quand même ! 2 ans après, Eden rend hommage à cette expérience et diffuse le très justement intitulé "Marciac".

Et si on retrouvait Eden ? Le temps d'une chanson...

BJ : Peux-tu nous rappeler le contexte de ton passage à Marciac ? L'année, Le secteur de bénévolat, les conditions dans lesquelles tu as pu intégrer ton équipe internationale, comment tu as entendu parler de cette opération de jazz au coeur avec des bénévoles internationaux...

Eden Holan : En juillet 2008, j'ai reçu une bourse de l'Institut français de Tel Aviv (IFTA) pour participer à l'équipe de Jazz au cœur. Je suis partie avec une autre israélienne (NDLR : Ayala) et nous avons rejoint une équipe de jeunes francophones du monde entier qui partagent le même amour pour la musique et la culture françaises. Après mon service militaire comme chanteuse dans un orchestre de Tsahal et deux ans à l'école de jazz et de musique contemporaine Rimon, je rêvais d'être à Marciac et j'ai eu la chance d'être choisie pour cette bourse.

BJ : « Cela a changé ma vie »... ce sont les mots de ta chanson sur notre festival. Peux-tu nous en dire plus ?

Et ce n'est rien de le dire ! Je suis rentrée après trois semaines de musique ininterrompue, d'interviews des meilleurs chanteurs et musiciens du monde, de rencontres musicales et humaines exceptionnelles, avec de l'inspiration à revendre ! Avant Marciac, j'avais toujours baigné dans le milieu du Jazz (mon père est LE meilleur batteur de Jazz d'Israël !) mais Marciac m'a mise sur le chemin que je suis depuis deux ans : intégrer les influences des musiques africaines et brésiliennes que j'y avais découvertes. Et ce mélange a vraiment changé ma vie de musicienne.

BJ : Récemment, on a découvert après ton hommage au festival (en français) une reprise de « La Javanaise » de ta part, mais tu as aussi repris « Douce France ». Quel est le rapport que tu entretiens avec la langue française ?



Je suis née à Paris de mère française, et ai grandi en Israël dans ces deux cultures qui me sont aussi chères. Je suis bilingue, j'ai passé tous mes étés en France, j'adore la musique et le cinéma français. J'ai d'ailleurs eu cet été le grand honneur de chanter la Marseillaise et la Tikva, l'hymne israélien, lors de la réception du 14 juillet à la Résidence de l'Ambassadeur de France en sa présence et en présence de Shimon Péres, le Président d'Israël. C'était pour moi le plus bel hommage musical que je pouvais rendre à mes deux patries.



BJ : Quelles sont tes influences musicales en tant que chanteuse de jazz et compositrice ?

J'adore la musique classique, le Jazz des années 50-60, les musiques brésiliennes, cubaines, africaines et en particulier réunionnaises. Quelques uns de mes musiciens préférés :

Sarah Vaughan, Dinah Washington, Bobby Mcferrin, Meddy Gerville, Dexter Gordon, Rony Holan, Cesaria Evora, Elis Regina, Richard Bona, Toto, Pat Metheny, Dianne Reeves, Miles Davis, Theodosii Spassov, Sting, Ella Fitzgerald, Barbara, Yves Montand, Claude Nougaro, Herbie Hancock, Tony Williams, Dalida ,Mati Caspi, Max Roach, Take 6, Vivaldi, Leonard Bernstein, Kiri Ta Kanye, Caetano Veloso...

BJ : Quel concert t'a le plus marquée lorsque tu te trouvais à JIM 2008 ?

Un concert m'a bouleversée et reste gravé dans mon cœur, celui de Meddy Gerville, cet incroyable pianiste, compositeur et chanteur de la Réunion. C'était la première fois que je découvrais ce style, et j'ai adoré ce mélange de Jazz et de maloya, la musique traditionnelle de cette île. C'était une révélation et depuis j'essaie de retrouver cette énergie et cette inspiration dans mes propres compositions. J'ai aussi commencé à chanter en créole et je fais découvrir cette musique géniale en Israël, en m'accompagnant de leur percussion traditionnelle, le Kayamb.

BJ : Ton titre « Marciac » est très rythmé, écrit en français, et cite le Brésil autant que l'Afrique. Il y a pas mal de références. Comment ton public israélien reçoit-il cette fameuse composition sur notre festival ?

Ca les change de la musique plutôt orientale qui marche ici ! Mon public est celui des amateurs de Jazz, qui aiment mes chansons souvent en Français et toutes ces influences qui les font voyager.

BJ : D'une manière générale, quel est le rayonnement de Jazz In Marciac selon toi en Israël ? Comment est-il connu ?

Les Israéliens voyagent beaucoup et les amateurs de Jazz savent que Marciac est devenu LE festival incontournable. Nous avons la chaîne Mezzo sur le câble qui nous donne beaucoup de retransmissions de Marciac.

BJ : Si tu devais citer un objet, une sensation, ou une personne correspondant à ton expérience marciacaise, quel serait-il ?

C'est surtout l'ambiance extraordinaire, se retrouver au milieu de jeunes du monde entier, dans une énergie et une joie de vivre perpétuelles et dans un bain de la meilleure musique dont on puisse rêver.

BJ : Parmi les artistes internationaux que JIM a accueillis, il y a John Zorn (2007, 2008, 2009, 2010...) ou encore Avisahï Cohen (2010). Quel est la part d'influence et de notoriété de ceux-ci dans ton pays ?

John Zorn est bien sûr très connu, quant à Avishaï Cohen, il est israélien et dirige depuis cet été le Festival international de Jazz d'Eilat, un événement que je ne raterais pour rien au monde !

BJ : Où peut-on trouver ton dernier album « Inspiration » ? Peux-tu nous parler de celui qui est en préparation ?...

Il est distribué en Israël et passe en radio. Je travaille maintenant sur mes propres compositions, presque toutes mes chansons sont en Français. Quand il sera prêt, j'espère me produire avec cet album en Europe.

BJ : Est-ce que les bénés pourront bientôt venir t'écouter sur une scène française ?.. (à Paris, à Marciac...)

Je pense tourner en France l'année 2011, et rêve de chanter à Marciac ! (NDLR : avis aux états majors de JIM...))

BJ : Qu'as-tu fait de ton badge de bénévole ?!

Il est accroché, bien en vue, au mur de ma chambre !


Merci Eden !..
Interview mené par J.Juraver

Comments

Relire l'interview..?
ContentClick to slide
publier-un-article.png

 
Mister Fétou

avatar
on Oct. 3 2010

Assistant à tout faire
Tools
* Post a comment
Share
* Invite participants
* Print this page
Monitor
Recent files
Recent comments
tn