Skip to main content Help Control Panel

Bénés In Marciac

{ Diffuseur de bénévoles ! }

Inédits «  

Une soirée Soul signe du Funk

SELECT categories.* FROM yacs_members AS members, yacs_categories AS categories WHERE (members.member LIKE 'article:2127') AND (members.anchor LIKE 'category:%') AND (categories.id = SUBSTRING(members.anchor, 10)) AND ((categories.active='Y') AND ((categories.expiry_date is NULL) OR (categories.expiry_date <= '0000-00-00 00:00:00') OR (categories.expiry_date > '2019-01-16 02:28:46'))) ORDER BY rank, title, edit_date DESC LIMIT 0,40
1016: Can't open file: 'yacs_categories.MYI'. (errno: 145)

Interview inédite de Fred Wesley !
Il y a bien longtemps, sur une planète pas si lointaine naissait ce qui allait être la révolution dansante de toute la galaxie. Réunis sous la houlette d’un certain Mr Brun, des musiciens créaient un mythe presqu’aussi puissant que la célèbre partie de carte sur le vieux port de Marcel Pagnol. Maceo Parker au saxophone et Fred Wesley au trombone, véritables vaisseaux amiraux de cette invincible armada, édifiaient note à note la légende du God Father of Soul : Mr James Brown. Pour une soirée JIM a réuni sur la scène gersoise ces deux monstres sacrés des JB’s Horns dont la puissance de feu ne s’est en rien essoufflée, le public marciacais en est témoin. Pour l’occasion, la rédaction de Jazz au Cœur n’écoutant que son courage (et quelques morceaux aux rythmiques endiablées) est allé à la rencontre de Fred Wesley, celui qui fût pendant quinze ans le directeur musical et le compositeur des plus grands succès de James Brown avant de rejoindre Funkadelic, autre monument de la musique entrainante contemporaine.

Vous avez un parcours musical riche : musique classique, jazz, funk… Que pensez-vous que votre musique actuelle a gardé de ces expériences ?

Fred Wesley Toutes ces formes de musique survivent. Ce sont des musiques joyeuses, dans la lignée de mes collaborations avec James Brown, Maceo Parker, Pee Wee Ellis ou encore inspirées de Count Basie. Ce sont des musiques qui se dansent et les gens ont toujours aimé danser. C’est pour ça que cette musique a perduré aussi longtemps.

Peut-on dire que vous avez trouvé votre voie dans le funk ? Ce style est-il l’aboutissement  de votre cheminement musical ?

Pour moi, c’est le paroxysme de mes expériences. Je viens de l’Alabama, où la musique est une fête. Toutes les célébrations sont l’occasion de faire de la musique. Il y a une atmosphère festive. Mardi-Gras y est une institution.

Vous estimez avoir une vie heureuse, alors ?

Oui très certainement, je ne me rappelle d’aucun moment de tristesse. J’en ai probablement eus mais ils comptent peu. Pour ma part, ça fait plus de quarante ans que je joue avec des amis, dont mon saxophoniste Ernie Fields Jr (à droite sur la photo) qui sera sur scène avec moi ce soir. Ma fille est présente ici aussi. Nous sommes tous comme en famille.

Justement vous partagerez, ce soir, la scène avec Maceo Parker avec qui vous avez joué il y a plus de quarante ans. Quel effet cela vous fait-il de le retrouver ici, à Marciac ? Tout d’abord, êtes-vous toujours en bons termes ?

Fred Wesley et Ernie Fields Jr (Rires) C’est une grande opportunité. J’ai tout appris de lui. Il sait s’entourer de bons musiciens. Nous nous connaissons tous pour avoir joué ensemble durant toutes ces années. Mon groupe est lui aussi composé de musiciens de grande valeur : Gary Winters à la trompette, Peter Madsen au piano, Dwayne Dolphin à la basse, Reggie Ward à la guitare et Bruce Cox à la batterie. Tout prédispose à ce que la soirée soit réussie. Ce sera comme des retrouvailles.

propos recueillis par Nico et Georges

Comments


 
Tools
* Post a comment
Share
* Invite participants
* Print this page
Monitor
Recent files
Recent comments
tn