Skip to main content Help Control Panel

Bénés In Marciac

{ Diffuseur de bénévoles ! }

JAC 2014 «  

JAC n°01 - Satch get Lucky !

SELECT categories.* FROM yacs_members AS members, yacs_categories AS categories WHERE (members.member LIKE 'article:2281') AND (members.anchor LIKE 'category:%') AND (categories.id = SUBSTRING(members.anchor, 10)) AND ((categories.active='Y') AND ((categories.expiry_date is NULL) OR (categories.expiry_date <= '0000-00-00 00:00:00') OR (categories.expiry_date > '2019-01-20 17:19:55'))) ORDER BY rank, title, edit_date DESC LIMIT 0,40
1016: Can't open file: 'yacs_categories.MYI'. (errno: 145)

SELECT * FROM yacs_categories AS categories WHERE (categories.id = 993)
1016: Can't open file: 'yacs_categories.MYI'. (errno: 145)

La pluie n’a pas découragé le public venu en nombre pour cette première soirée de JIM 2014.

Avant que la lumière ne s'allume, la guitare résonne dans le chapiteau; un silence religieux s'installe. Peu à peu, les applaudissements rythment ce solo époustouflant et sous les feux des projecteurs nous découvrons le reste de la troupe. Le maestro se fait attendre pendant que ses musiciens assurent un blues effréné; la pression monte. Acclamé par la foule, [category=993] fait son entrée. Il s'installe derrière son clavier et, dans un cri, commence son show. Comme pour faire disparaître les nuages, il entame le classique « I can see clearly now the rain is gone », et ça fonctionne : le public rayonne ! Il n'en faudrait pas beaucoup plus pour que le chapiteau s'embrase. Sur un chorus endiablé, Lucky descend dans la salle, c'était ce qui manquait. L'audience se lève, lui s'assoit avec sa guitare et nous transporte le temps d'un morceau loin du froid de cette nuit marciacaise. Il remonte sur scène, pour clôturer avec quelques morceaux cette prestation des plus remarquables.
Quand il quitte la scène, le public a un goût de trop peu et le rappelle sous une pluie d'applaudissements. Peut-on parler d'une standing ovation quand tout le monde est déjà debout ?

Il revient mais pas seul : Joe Satriani est de la partie pour un bœuf exceptionnel : un de ces moments qui nous fait aimer la musique ! Le premier concert s'achève à regrets et Lucky laisse un chapiteau chauffé à blanc. Armé de sa guitare orange, Joe Satriani entame d'emblée par un rock saturé et hypnotise le public. C'est un changement radical de style, toujours très énergique, pour garder le chapiteau éveillé. Le son strident du « guitar hero » fait vibrer les tympans. La foule vole dans un rêve bleu (Flying in A Blue Dream) et retient son souffle. Les amplis Marshall rugissent et subliment la virtuosité et la précision du doigté. Le temps d'une petite pensée pour Jeff Beck, et le concert reprend de plus belle.
Chapeau blanc et lunettes noires, le man in black de la guitare achève sa prestation et met fin à cette remarquable soirée d'ouverture !

Théo et Titice

Comments


 
Team JAC

avatar
on Sep. 2 2014
from Marciac

La rédac Jazz Au Coeur
Tools
* Post a comment
Share
* Invite participants
* Save as PDF
* Copy in MS-Word
* Print this page
Monitor
Recent files
Recent comments
tn